Redoutée des sportifs la déchirure musculaire comprend plusieurs degrés de gravité. Pourquoi cela arrive et comment la soigner ? Explications

Un manque d´échauffement, un faux mouvement ou un étirement trop abrupt et voilà la déchirure qui pointe du nez.  Elle peut aussi survenir en raison d´un manque d´hydratation du sujet ou du surmenage musculaire chez les sportifs de haut niveau.

Généralement on ressent une douleur poignante à l´endroit où le muscle a subi une lésion. Avant de pouvoir affirmer qu´il s´agit bel et bien d´une déchirure musculaire, l´individu subit des examens médicaux permettant d´appuyer le diagnostique.

Il existe ainsi 3 niveaux : Le premier qui se caractérise par une inflammation du muscle (élongation). Le second concerne une déchirure à proprement parler et le niveau 3 implique également une lésion du tendon. Quel que soit le degré, cette situation n´est pas à prendre à la légère sous peine de voir le cas se compliquer davantage.

Les attitudes à adopter

Même si la chose est dure à envisager pour un/une mordu (e) de sport, il est impératif de s´arrêter. On range baskets et matériel et on se met au repos pour environ 2 mois. Après le traumatisme subi, le muscle a besoin de se « reconstruire » et tirer sur lui ne lui facilitera pas la tâche. Le froid a des vertus apaisantes, donc une poche de glace peut contribuer à soulager le mal parallèlement aux anti-inflammatoires appropriés.

Le médecin pourra procéder au placement d´un bandage et préconiser de la rééducation+ des séances de kinésithérapie.

Mieux vaut prévenir que guérir

On ne le répètera jamais assez, toute pratique sportive doit être précédée d´un échauffement de 5mn et suivie d´un étirement  proportionnel à l´effort. De même, boire suffisamment dans la journée peut aider à réduire les risques (lorsque vous commencez à ressentir la soif, c´est que votre organisme est déjà déshydraté !).  Et pour terminer,  donnez à votre corps le repos dont il a besoin après l´effort. C´est un must qui vous aidera à éviter les problèmes musculaires fâcheux. Vous êtes avertis…

Categories:

Tags:

Comments are closed