Assimilé à du vandalisme des décennies durant, le graffiti s´est longtemps vu dénier sa valeur artistique. Aujourd´hui il sort de l´ombre et ses virtuoses sont élevés au rang de stars. Quels sont les noms à connaître ?

Elément clé de la culture HipHop, le graffiti a voulu reprendre en couleurs l´engagement dansé par les uns et chanté par les autres.  Contrairement aux idées reçues ces inscriptions murales ne datent pas des années 60, mais disons que c´est à cette période qu´elles se mettent à revêtir un caractère « révolutionnaire ». Méprisé par les protagonistes d´un art aux supports classiques, le graffiti a tout de même fait son chemin jusque dans les musées et galeries contemporaines à partir des nineties. Mieux, il a permis l´avènement d´une horde de génies en survêt « armés » de bombes aérosols.  Ces barons du street art sont aujourd´hui reconnus, acclamés et plutôt bien cotés. Royaume-Uni, USA, France, Maroc, Brésil, voici notre sélection, non exhaustive, précisons-le.   

Banksy

Que l´on soit calés en la matière ou pas, c´est le premier nom qui vient en tête. Talentueux, un tantinet provocateur, Banksy est probablement le graffeur le plus bankable de sa génération. Jouant à cache-cache avec les médias, le britannique s´est fait connaître dans les années 90 par des œuvres engagées à l´humour piquant. Son succès n´a pas pris une ride, Sotheby´s pourra le confirmer…

JR

Outre manche, c´est un parisien qui fait la pluie et le beau temps par son travail. Ce dernier est caractérisé par des collages de portraits en noir et blanc sous forme d´affiches géantes. 

Globe-trotter invétéré JR Sillonne le monde à la recherche d´images marquantes dont femmes, enfants et marginaux sont les héros. Mettre en avant les « privés de voix » reste son grand crédo.

Cope2

Street-artiste basé à New York, Cope2 de son vrai nom Fernando Carlo est d´origine portoricaine. Ayant frayé avec la pègre et les narco-trafiquants du Bronx, il trouve dans le graffiti une forme de rédemption. Son style coloré et fun en a fait un artiste mondialement estimé et représenté par d´illustres galeries.

Kobra

Ayant grandi dans les quartiers populaires de Sao Paulo, Kobra s´immerge dans la culture HipHop à 15 ans. Breakdance et tag meublent les journées de cet écolier réfractaires. Intuition ou sixième sens, il sait qu´un parcours classique n´est pas fait pour lui. Il aime les couleurs, la peinture, le tag et trouve un moyen de combiner tout cela pour créer son propre style. Style qui l´élèvera au statut de grand ponte de l´art urbain local et international.

Aouina

Autodidacte, Aouina est l´un des précurseurs du street-art marocain. Expositions aux Anciens Abattoirs, à la Villa des arts, participations à des évènements culturels majeurs, collaborations privées (…) Aouina ne bride pas son inspiration. Rap Musique, danse, stylisme, ce touche-à-tout a su imposer sa marque et se faire un nom dès début 2000. Chapeau !

Roksy One,

Rien ne destinait la jeune femme à devenir graffeuse mais lorsqu´elle découvre ce mode d´expression…c´est le coup de foudre! Bombes de peinture en main, elle part à la conquête des murs casablancais. Excellente dessinatrice, l´artiste urbaine trouve presque immédiatement son style et les personnages de son univers. Téméraire, elle n´hésite pas à marquer de sa signature les lieux les plus improbables de la ville.

Drobys

Avec Roksy One, elle fait partie des graffeuses qui se sont imposées à force de persévérance. Férue de Street Art, elle perfectionne sa technique au point de se poser comme une référence. Ayant participé à plusieurs concours dont elle sort victorieuse, Drobys est reconnaissable à un blaze réaliste qu´elle a cultivé seule. Féministe mais surtout humaniste, Imane Droby est convaincue que l´Art peut changer le monde et les gens. On est bien d´accord !

Categories:

Tags:

Comments are closed